Prayvis est une planète abandonnée de toute personne saine d'esprit. Il y règne un Chaos sans précédent depuis 120 ans
 

Partagez | 
 

 Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   Mer 28 Jan - 18:38

Ça fait quatre mois... quatre mois qu'Assiah est clouée au sol de cette foutue boule de sable. Quatre mois qu'elle a regardé décoller son dernier espoir de « retour à la civilisation »… En quelques heures à peine tout a basculé. Les employés de sa boîte ont reçu un message groupé leur signalant que l'entreprise fermait définitivement son usine de Prayvis… après ça, certains avaient remballé le matériel le plus coûteux et étaient partis à bord du vaisseau mis à leur disposition par la firme… et puis plus rien. Plus le moindre message, plus de réponses… plus de nouvelles. Personne n'était revenu chercher les employés et ils avaient dû s'occuper d'eux tous seuls. Au début ça se passait plutôt bien… mais au bout de quelques jours, l'histoire était venue aux oreilles des chefs des différents gangs du coin… et tout avait changé.




Embarquée avec eux contre son grès, Assiah était devenue la « soigneuse » officielle d'un gang. Elle devait recoudre des plaies quotidiennement, soigner des blessures causées par des armes, des brûlures et autres trucs sympas que peuvent se faire des membres de gangs entre eux où les uns contre les autres… elle avait dû aussi se plonger dans ses manuels pour essayer d'apprendre à s'occuper de choses que seules les chirurgiens sont capables de faire normalement… c'était dur, horrible même… si elle refusait, on la battait, si elle se plantait… on la battait… maintenant ça allait mieux, ils avaient fini par comprendre qu'elle n'avait pas non plus la science infuse et qu'il fallait qu'elle fasse son boulot sans qu'on la menace de la tuer où de la violer toutes les deux minutes… question de concentration quoi… mais elle n'aimait toujours pas être là… ni sur cette planète, ni au milieu de tous ces hommes dangereux. Elle avait peur… Aussi, quand on l'autorisa à se rendre presque seule en ville pour récupérer des médicaments, la jeune femme faillit bondir de joie. Seuls deux hommes avaient été dépêchés pour rester avec elle, l'un pour voler les affaires dont elle aurait besoin, l'autre pour l'empêcher de se faire la malle… mais c'était déjà beaucoup plus de liberté que ce qu'elle avait eu durant ces quatre mois…




Enroulée dans plusieurs couches de tissus pour se protéger du vent qui soufflait assez fort pour décorner un bertz ce jour là, Assiah arriva en ville avec un sourire. Elle retira le bandeau de tissus qu'elle portait sur le nez et la bouche et inspira profondément… et puis se mit à tousser comme si la vie de ses poumons avait expiré depuis longtemps. Elle n'arrivait pas à s'habituer à la chaleur de l'air, au sable, à la pollution ambiante… elle avait l'impression que ses poumons brûlaient en permanence à chaque fois qu'elle inspirait… à l'usine il y avait des filtres, dehors non… forcément…




Elle poussa un soupir douloureux et réinstalla le bandeau sur son visage à regret. Il fallait qu'elle trouve les médicaments qu'elle était venue chercher. L'homme qu'elle soignait s'était pris un genre de balle dans le bras avec des éclats un peu partout. Elle avait réussi à tout retirer mais ça s'était infecter. L'alcool que distillait les membres du gang était bien pour se rincer la gorge et soigner les petits bobos… mais pour les trucs comme ça il fallait des vrais médicaments, l'infection était trop profonde. Elle avait aussi besoin de renouveler son stock de bandages, de gazes et de choses diverses…




Comme c'était la première fois qu'elle mettait les pieds à LAGO City, elle en profita pour flâner un peu… visiblement ça ne dérangeait pas les deux crétins qui se tenaient à quelques pas derrière elle, ils sifflaient les femmes, éclataient d'un rire gras et poussaient les gens qu'ils croisaient dans l'espoir de déclencher une petite bagarre histoire de tuer le temps… Assiah leva les yeux au ciel et rentra dans la boutique que le chef lui avait indiquée. Le type qui se tenait là n'avait pas du tout l'air sympathique, mais il vendait des médicaments. Elle lui tendit timidement sa liste et attendit en faisant mine de regarder les étagères remplies de choses diverses… son monde natal ne lui avait jamais autant manqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   Mer 28 Jan - 19:49

LAGO était pour Alistair ce qu'il y avait de pire : une masse de gens. Une ruche, grouillante comme l'une de ces termitières qu'il observait parfois dans le désert. Pour quelqu'un n'ayant jamais connu la promiscuité régnant sur d'autres planètes surpeuplées, c'était une véritable boîte à sardines. La vérité était un peu plus subtile. L'animation ne cessait jamais dans le coin, mais le taux de mortalité faisait en sorte que tous les vivants aient un peu d'espace vital.

En chemin vers la boutique, il avait ramassé quatre de ces petits blocs colorés, faits pour s'emboîter à la perfection. Quelques dizaines d'entre eux s'amoncelaient déjà dans un bol de sa grotte. Il était fier de ses trouvailles du jour, dormant paisiblement dans l'une de ses sacoches. Les rouges étaient rares. Et là, il en avait quatre.

Mais il était venu pour bosser.

La plupart des médecins de Prayvis se heurtaient au problème majeur de sous-approvisionnement en fourniture. Même le matériel le plus basique manquait pratiquement en permanence. Alors pour les interventions les plus graves, il fallait choisir. Soit on avait de quoi payer une petite fortune en denrées diverses, soit on faisait appel à un modeleur de chair.
Si vous aviez un peu de chance et que votre religion du moment ne vous l'interdisait pas, vous pouviez espérer joindre Alistair ou l'un de ses semblables. Quelqu'un connaissait toujours quelqu'un qui connaissait quelqu'un qui savait où laisser un message pour qu'un sorcier le trouve.

En l'occurrence, le patron du commerce de médicaments avait aménagé son arrière-boutique pour qu'elle serve de salle d'intervention. Il ne parlait pas vraiment plus qu'Alistair mais payait honnêtement, principalement en flacons de sang humain où en viande lorsqu'il en avait dans son frigo.

Le sorcier entra dans le magasin et contourna le comptoir pour se retrouver dans l'espace réservé aux clients. Se recouvrant le visage de sa capuche, il grogna un

- Dernier. Il dort.

Le propriétaire hocha la tête et déposa un paquet enroulé dans le tissu. - Pour toi.

Le cliquetis de verre indiqua à Alistair qu'il avait droit au sang, cette fois. Il en avait bu pendant son travail et maintenant, il allait emporter une petite réserve avec lui. Il fourra le paquet dans son sac en bandoulière et s'apprêta à sortir, le regard baissé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Re: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   Mer 28 Jan - 23:57

Assiah n'avait rien perdu de l'échange… ni du fait que le type étrange avait surgit de l'arrière boutique, lieu où le Chef lui avait dit qu'il y avait une petite salle pour soigner des gens. Ce type était donc médecin ? Elle avait tellement besoin d'un médecin pour l'aider, où plutôt pour la diriger que l'idée de ne jamais en trouver ici la rendait malade et la réveillait la nuit, en sueur et toute tremblante. Elle avait été formée pour obéit à des médecins, à les assister, à les seconder en cas d'extrême urgence… pas pour faire le même boulot qu'eux, loin de là… et c'est ce qu'elle devait assumer depuis que les « ganguistes », comme elle se plaisait à les surnommer, l'avait kidnappée… parce que c'était bien un kidnapping. Sans demande de rançon, sans espoir de libération… mais un kidnapping quand même. Comme elle en voyait sur certains holos chez elle où dans les fictions littéraires. Un putain de kidnapping…

- Monsieur !

Elle tendit la main pour lui attraper l'épaule, il fallait qu'elle lui demande de l'aide, ne serait-ce que pour le patient avec un tube de métal coincé dans la colonne vertébrale… elle n'avait aucune idée de ce qu'elle pouvait faire pour lui, ça n'était pas dans les manuels, et c'était un proche du chef… il la menaçait tous les jours à propos de cet homme là. Emportée par son élan et sa maladresse habituelle, elle se prit les pieds dans un pan de l'espèce de poncho qu'elle portait et s'écroula littéralement sur le type louche.

- Je… oh ! Pardon ! Je suis tellement désolée !!!


Elle lutta un moment pour se redresser et recula d'un bond en se répandant en excuses plus ou moins compréhensibles. Le ganguiste chargé de sa sécurité se précipita vers eux dans l'espoir de pouvoir défoncer un crâne gratuitement. Elle lui agrippa le bras en lui expliquant le plus simplement possible que tout allait bien et que c'était de sa faute à elle et il reparti en râlant.

Elle épousseta machinalement ses vêtements et se campa devant l'homme qui semblait être docteur, prenant bien soin de ne surtout pas le regarder dans les yeux de peur de l'énerver où de montrer à quel point elle avait peur de lui adresser la parole.

- Vous… vous êtes médecin ? J'ai un patient que je suis incapable d'aider et… il va mourir si je ne fais rien et…

Elle soupira, essayant de se calmer, après tout il ne s'était pas montré agressif… mais les habitudes ont la peau plus dure que du cuir de braven, surtout par ici…

- C'est pas dans un endroit très bien fréquenté mais… vous voulez bien m'aider ? On vous paiera ! Enfin il faudra s'arranger avec leur chef…

Elle désigna d'un signe de tête les deux ganguistes un peu plus loin qui récupéraient ce que leur donnait le vendeur de médicaments.

- Mais je suis sure qu'on pourra trouver quelque chose qui vous ferait plaisir et…

Elle poussa à nouveau un petit soupir plaintif.


- S'il vous plais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   Jeu 29 Jan - 0:24

Ce qui se passa fut terrifiant. Il était certain d'avoir fait attention. Yeux fixés au sol, visage caché. Pourtant, il s'attira l'attention d'une cliente. Et elle voulait absolument lui parler. Elle parlait beaucoup en plus. Et elle n'était pas seule, un homme l'accompagnait. Même si Alistair entendait son cœur battre et pouvait sentir ses gros muscles, il préférait ne pas avoir à les arrêter.

Lorsque la fille le toucha, il se raidit, sans essayer de l'aider, trop tendu pour s'écarter ou réagir. Il lui lança un regard et secoua la tête.

- Pas médecin.

Le terme ne lui était pas inconnu, pourtant il sonnait toujours étrangement mal à ses oreilles. Les mots "chef" et "pas très bien fréquenté" lui en disaient long sur ce qu'elle voulait en fait dire. Les hommes comme celui qui l'accompagnait, Alistair en avait vu un paquet dans sa vie. A tous les coups, ils avaient un campement quelque part. Et il y avait fort à parier qu'il n'avait pas envie de s'y rendre.

- Payer ? Sa voix était grave et il parla trop vite. A l'instant d'après, il se souvint que c'était le verbe qui signifiait "récompenser avec de l'argent". Elle ne pouvait pas vouloir lui donner de l'argent. Ah. Cadeau. Si je soigne ton ami ?

Ça, c'était déjà plus probable. Les rares gangs dont Alistair avait pu voir les repaires étaient plutôt riches en comparaison avec le contenu de sa grotte. Ils avaient des vivres ou des outils et souvent des prisonniers encore vivants à manger.

Alistair recula lentement pour se placer à une distance psychologiquement plus confortable avec la fille et tenta de la fixer. Son regard fuyant ne l'aidait pas vraiment. Il essayait de réfléchir.

- C'est où ?

Autant le savoir, avant de s'engager. Si ça n'était pas trop loin de sa grotte ou au moins sur le chemin du retour vers elle, une halte était toujours envisageable. Surtout s'il avait le temps pour repérer les alentours et se préparer un chemin de fuite. Avec le sang dans sa sacoche, il pouvait au moins espérer se battre assez longtemps pour fuir. Et s'il sortait de là vivant et avec une récompense supplémentaire, son séjour à LAGO city serait d'autant plus profitable.

- Je peux peut-être passer voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Re: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   Jeu 29 Jan - 10:08

"Pas médecin"... merde. Alors qu'elle allait se détourner, déçue, une lueur sembla se faire dans l'esprit du type louche. Probablement l'histoire du "cadeau"... Elle se dit que de toute façon, s'il venait et était utile, le Chef lui donnerait surement un petit quelque chose, ne serait-ce que pour le principe, au pire elle trouverait bien quelque chose à lui refiler parce que bon... si il réussissait à sauver l'autre con, c'était aussi sa vie à elle qu'il prolongerait... et s'il était inutile, quelqu'un finirait par le tuer. Elle n'avait pas grand chose à perdre sur ce coup là, à part quelques baffes supplémentaires "juste pour le principe". Pas grave. Elle lui adressa un petit sourire avant de se souvenir qu'elle portait son bandeau sur le visage et soupira. Évitant toujours soigneusement son regard, elle hocha la tête doucement.


- Oui voilà... un cadeau si tu réussi à faire quelque chose pour cet homme.

Passer du vouvoiement au tutoiement lui était venu avec un naturel alarmant. La façon de parler de l'homme, son "ton ami"... un natif, clairement... et probablement pas l'un des plus brillants. Assiah n'avait rien contre les natifs, mais la plupart de ceux qu'elle avait rencontré étaient un peu particuliers... et surtout, ils détestaient les "débarquants" comme elle. Enfin... tant pis.

- On est au Spacioport, c'est pas très loin d'ici. Faut juste marcher pendant quelques...


Son regard fut attiré par un mouvement rapide au niveau du comptoir. Le type chargé de piquer du matos avait attrapé le vendeur par le col et le menaçait de lui arracher les yeux s'il ne lui donnait pas tout de suite des trucs supplémentaires. Merde...


- Euh... une seconde...


Se mettre entre un ganguiste et sa proie n'était jamais très judicieux... mais ce type était un vendeur de médicaments, il faudrait surement qu'ils reviennent le voir d'ici peu, et lui fracasser la gueule contre son propre comptoir n'était pas franchement la meilleure idée du siècle. Effrayée et hésitante, la jeune fille resta plantée quelques instants derrière le ganguiste puis finit par lui tapoter timidement l'épaule en murmurant ses arguments. Il passa au dessus avec un reniflement des plus distingués... elle lui attrapa le bras en pâlissant parce qu'elle risquait de s'en prendre une mais le ganguiste restant finit par trouver ses arguments recevables et poussa son pote à lâcher le vendeur. Déçu, il compensa en faisant claquer sa main à l'arrière de la tête d'Assiah, manquant de la faire tomber et de la sonner, en maugréant des insultes et autres délicatesses du genre.


Elle revint vers Alistair en se massant la nuque et en regardant le plus loin possible.


- On y va ?

Sans vraiment attendre de réponse de cet homme qui n'avait pas vraiment l'air de beaucoup discuter en règle générale, elle se détourna et commença à marcher en direction du Spacioport. Quelques kilomètres, pas bien loin... mais avec un climat pareil, c'était une torture pour elle... En plus sa nuque la lançait... Un jour, elle allait tous les tuer, leur arracher les couilles et les yeux et s'en faire un putain de collier !!! Sauf que non... elle ne serait jamais capable de faire un truc pareil... Elle poussa un nouveau petit soupir, vérifia d'un coup d’œil que personne n'avait oublié de la suivre et continua à avancer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   Jeu 29 Jan - 12:20

La fille confirma ses pensées. On lui offrait un travail. Est-ce qu'elle était importante ? Le sorcier avait toujours eu du mal à juger ça. Elle n'était pas vraiment mieux habillée et elle ne tuait pas tout le monde impunément donc c'était pas facile à déterminer. Mais le grand homme agressif semblait lui obéir ou du moins l'écouter. Alistair supposa qu'elle pouvait donc tenir ses promesses. Ça valait donc la peine qu'il y réfléchisse.

Le Spatioport... Ah oui. Quelqu'un avait déjà raconté à Alistair que c'était là que se posaient les trains qui venaient du ciel et qui passaient encore parfois au-dessus de Prayvis. Ils déposaient des gens et des richesses. Mais aujourd'hui, c'était un lieu qu'il préférait éviter sans avoir une bonne raison de s'y rendre. C'était dangereux et pas ordonné. Les gens s’entre-tuaient parfois sans qu'il comprenne vraiment pourquoi.

- Non.

C'était sorti plus vite et sur un ton plus rauque qu'il ne le voulait. Mais il rattrapa vite la fille et développa son raisonnement.

- Je viendrai demain. Matin.

L'idée de marcher accompagné par ses gens le mettait encore plus mal à l'aise. Mais surtout, il devait cacher son dernier paiement avant de venir soigner la personne dont la fille lui parlait. Il était hors de question de casser ses fioles ou de se les faire voler si jamais les choses tournaient mal.

- Côté soleil. Est.

Oui, là, où est le soleil au matin. Les concepts géographiques n'étaient pas le point fort d'Alistair qui n'avait peut-être vu qu'un plan de toute sa vie et se repérait par rapport aux rochers qui lui étaient familier ou au rail abandonné.

- Donnez-lui quelque chose. Pour la douleur. Je vais soigner.

Il regarda la fille, hocha nerveusement la tête et sortit s'empressant de disparaître dans les couloirs et ruelles sinueuses de LAGO.

[Par là =>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Montre moi ton arme, je te montrerais mon dos...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pandawa air : quelle arme choisir ?
» Question arme pandawa air:
» Arme qui soigne.
» arme ork epic
» Je montre mon antre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prayvis :: Prayvis [RP] :: LAGO city-