Prayvis est une planète abandonnée de toute personne saine d'esprit. Il y règne un Chaos sans précédent depuis 120 ans
 

Partagez | 
 

 Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Jeu 29 Jan - 12:19

[<= On vient de là.]

Alistair dormit dans une crevasse à proximité du spatioport. Un serpent du désert lui fit office de repas et il but aussi un peu de sang qu'il avait reçu plus tôt dans la journée. Il avait appartenu à quelqu'un de vieux, mais au moins la personne était vivante au moment où il quittait ses veines. Il y avait de l'énergie.

Il couvrit sa sacoche de sable et ne garda que la fiole entamée avec lui. Quelques gorgées de sang, mais assez de forces pour tuer deux-trois personnes après avoir réparé le blessé. Et encore pouvoir courir ensuite. Avec un peu de chance, les pillards lui donneraient un prisonnier vivant qu'il pourrait emmener avec lui. Après le Spatioport, il aurait un voyage de deux jours au moins pour rejoindre sa cachette et traîner quelqu'un avec lui serait risqué. Mais s'il pouvait le découper sur place et bien conserver son sang et sa viande... Il ne devrait plus sortir pendant un bon mois. Pas à la recherche d'humains en tout cas.

Lorsque le soleil commença à se lever, Alistair se dirigea vers l'immense complexe de pistes d'atterrissage, d'entrepôts pillés, de bureaux abandonnés et de fortifications effondrées.

La fille était là, toujours accompagnée d'hommes qui semblaient toujours prêts à tuer. Alistair se dit qu'il serait bon d'être comme eux. Plus fort, plus violent. Ils devaient avoir eu plein de sang sur les mains, eux.

- Je peux soigner.

Oui, il sentait en lui la force nécessaire pour réparer pratiquement n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Jeu 29 Jan - 13:42

[Vu que je débute ce perso je teste plusieurs styles pour voir celui qui ira le mieux avec le délire, si ça t'ennuie préviens moi et je changerais <3]


Début de journée merdique... j'ignore s'ils se sont donné le mot mais j'ai été réveillée en sursaut au milieu de la nuit par des hurlements et un coup de pied dans les fesses... pas franchement agréable... surtout quand c'est pour comprendre qu'une bagarre à eu lieu quelques instants plus tôt entre mes ganguistes et un autre groupe de dégénérés hyper-violents du même acabit et qu'il faut que je soigne leurs petits bobos... Des blessures par balle, des brulures d'armes plus sophistiquées, des traces tout à fait remarquables de dents incroyablement bien entretenues vu le délire des gens d'ici et leur hygiène plus que discutable, des membres cassés, des nez explosés, des morts à confirmer... bienvenue dans mon quotidien ! Et c'est comme ça depuis quatre mois... J'ai même pas le temps de m'habiller, on me balance dans le tas de blessés en tenue de nuit et c'est donc vêtue d'un vieux string à moi et d'un genre de t-shirt qu'ils m'ont donné à mon arrivée que je commence à éponger le sang. Franchement, je me répète peut-être, mais y'a mieux comme réveille... je crois que je pourrais tuer pour un bol de Xanis grillé soluble...



Du sang partout, surtout sur moi maintenant... j'suis crevée... ça fait environ douze bras que je recouds, une dizaine de balles que je sors de corps agités et râleurs (c'est des douillets en plus... qui l'eut cru...), deux épaules que je remets en place, trois atèles de fortune que je place sur des chochottes incapables de ne pas couiner où frapper dés qu'ils ont l'impression qu'on leur fait mal exprès... bref... pas la joie. J'avais presque oublié ce type louche qui m'a sorti une excuse toute moisie hier en ville.. sauf que contre toute attente, il est effectivement venu. On me l'amène sous bonne garde, comme si un type seul et de son gabarit pouvait provoquer le moindre problème au milieu de dizaines de mecs aussi cons que musclés... pathétique... moi j'en suis presque à souiller mon string de mon urine tellement j'ai peur à chaque fois que je change de patient... on sait jamais avec eux... c'est des brutes épaisses sans la moindre petite once de piste d'intelligence... l'horreur...


Bref... il est là. Je lui sourit en regardant son menton histoire de ne pas croiser son regard.


- Ah ouais... pardon je pensais pas que tu viendrais finalement. Bonjour...

Je fait un vague geste en direction de l'anarchie sanglante derrière moi.

- Désolée c'est un peu le bordel ici...

Il doit comprendre un mot sur deux de ce que je raconte... bien ma veine... j'ai ramené un mec louche au gabarit de de crevette des abysses de compétition, qui n'est même pas toubib finalement, pour soigner l'un des meilleurs potes d'un chef ultra violent qui saute sur la moindre occasion pour essayer de me faire des bleus à vie... génial... vraiment une bonne journée qui commence quoi...

- Suis-moi.


Je laisse mes patients derrière moi sans le moindre regret et me dirige vers la petite tente qu'ils ont monté spécialement pour DuConLaJoie et l'entraine à l'intérieur. C'est sobre là dedans. Juste un lit de camp sommaire sur lequel se tortille un type baraqué comme les autres avec un tuyau qui dépasse de son dos. J'ai fais tout ce que j'ai pu pour lui, je lui ai donné tout ce qu'il me restait de Mordzac, l'anti-douleur le plus costaud que j'ai pu trouver sur cette planète devenue primitive, j'ai désinfecté sa blessure environ si fois par jour, je lui ai même fabriqué un coussin avec des trucs ramassés de-ci de-là. Mais j'ai pas osé retirer le tuyau, en regardant à travers on voit les os de la colonne vertébrale... j'ai pas envie de le rendre incapable de bouger, à tous les coups c'est sur ma gueule que ça retomberait...


- C'est lui... tu peux faire quelque chose ?

J'essuie mes mains couvertes de sang sur mon t-shirt tout aussi imbibé pour avoir une illusion de propreté.


- Je t'aide si t'as besoin de quelque chose...

La silhouette du Chef se dessine dehors... c'est plus fort que moi je me mets à trembler comme une feuille en fixant cette ombre derrière le tissus de la tente. Ce mec me terrifie... j'ai horreur de ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Jeu 29 Jan - 14:09

Alistair fait de son mieux pour ne pas attirer l'attention, comme il l'a fait toute sa vie. Parfois, même dans sa propre grotte, il se surprend à faire gaffe. Sans parler des endroits avec des gens. Dans la l'usine-ville de la Fée, où il n'est pas supposé risquer sa peau, il se faufile et s'excuse au moindre contact physique avec les larbins de son ancien camarade.

Le Spatioport est tout aussi dévasté que n'importe quel campement de pillards de Prayvis. Ça se bat, ça s'insulte, ça saigne. Alistair inspire à fond l'odeur du sang. A une autre occasion, il se serait peut-être servi sur les blessés. Par exemple s'ils étaient moins nombreux et à l'écart de tout. Mais là, il est venu pour travailler alors il ne quitte pas la fille d'une semelle.

Il ne faut pas être un génie pour saisir le problème. Le mec allongé sur le lit de camp devrait être mort depuis longtemps. Toujours enroulé dans plusieurs couches de tissu, Alistair s'agenouille à côté du lit à la hauteur de la blessure. Il pose une main à côté, faisant sursauter le blessé.

Ce qui défile dans son esprit défie l'explication. Mais "images" est ce qui se rapproche le mieux. Alistair sent le sang, les os, les tissus déchirés et sur le point de céder à la crasse recouvrant la planète. Il connait chaque cellule souffrante et sais où intervenir, quoi faire.

- Va vivre.

Le blessé tente de le regarder, se tortillant maladroitement sur le lit.

- T'es un modeleur ? Sa voix est à peine audible, mais Alistair hoche la tête. L'homme semble plus calme, d'un coup. C'est un natif, il a sans doute entendu parler des sorciers de Prayvis. Il en a peut-être vu à l'oeuvre. Les autres murmurent entre eux.

- Couteau. Alistair s'adresse à la fille. Il a bien sûr les siens, mais personne ne réagit bien en voyant un inconnu tirer une lame des pans de ses vêtements. Alors il attend qu'on lui en donne un à la vue de tous.

- Besoin de sang. Vivant. Il réfléchit un moment à ce qu'il va dire. Un peu.

Ca ne peut pas être son sang à lui. Il va servir à autre chose celui-là. Il faut du carburant. Pour toute explication, il continue.

- Si vous voulez qu'il marche. Sinon, je referme juste. Mais ses jambes marcheront pas.

La colonne vertébrale, c'est l'une des parties les plus délicates à modeler. La refaire comme neuve prendrait trop d'énergie à Alistair seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Jeu 29 Jan - 14:29

"Modeleur" ? J'ai entendu parler de ces mecs... on ne m'a pas expliqué précisément ce que c'était mais d'après ce que j'ai pu entendre dans les conversations, c'est un genre de sorcier qui s'envoie du sang et de la chaire humaine pour faire une sorte de magie bizarre qui permet de changer la forme des gens, de les soigner, de les tuer... des trucs dans ce genre là. Franchement j'suis pas tranquille... J'ai ramené un foutu sorcier dans la tente du blessé le plus précieux du campement... j'suis morte. Mon regard passe du sorcier, où du "modeleur" comme vous voulez, à la silhouette de "monsieur j'te démonte les dents si mon pote a bobo". Frénétiquement... En gros je les regarde tous les deux mais j'ai même pas le temps de les voir tellement mes yeux vont vite. J'ai le tournis... Si j'avais encore des ongles à ronger je me les arracherais avec les dents dans la seconde... mais déjà y'en a plus, je les ai trop bouffés, et puis y'a tellement de sang sur mes mains que je devrais sans doutes creuser pour les atteindre... beurk... et dire qu'ils ont essayé de me faire avaler une cuisse humaine... C'EST DES BARBARES ! Et moi j'suis là, toute seule au milieu de toute cette civilisation pré-Brozalienne, cernée par les cul-terreux, les analphabètes et les connards... merci la vie ! C'est sympa de m'aider comme ça...


"Couteau". Je crois que j'ai jamais sursauté aussi fort, j'ai failli me casser la gueule tellement j'ai sauté haut ! J'ai cru qu'il allait sortir un couteau de sa poche pour me crever avec... Sérieusement... je vais devenir cardiaque moi ici... et y'a pas un seul cardiologue sur toute la surface de cette planète. Bref... il veut un couteau... Ok... je sors, j'en prend un dans la main d'un type qui passe sans faire le moindre commentaire et je retourne sous la tente en sentant son regard à la fois choqué et pervers qui me caresse les fesses... immonde... Si les yeux pouvaient violer, en quatre mois je serais tombée enceinte quelque chose comme douze mille fois je suis sure...


Du coup je suis là, debout à me demander quoi faire du couteau de chasse que j'ai entre les mains. Du sang vivant ? C'est quoi ça le sang vivant ? Une bestiole que je ne connais pas ? Et puis je me souviens que c'est un "modeleur". Il veut du sang frais, comme les vampires des romans papier qu'on trouvait sur la Planète Originelle... mais c'est dégueulasse ! Pourquoi ?! Je grimace de dégout mais je ne commente pas. Ce qu'il fait de son estomac ne me regarde pas... mais sincèrement, je pense que les mecs qui sirotent du sang chaud sont des grands malades. un psy ferait probablement fortune dans le coin...Et puis il ajoute la phrase qui tue... "si vous voulez qu'il marche"... Ah parce qu'en plus j'ai le choix ? Mais si l'autre apprend que je pouvais choisir et que son pote marche plus mais c'est pas juste des bleus que je vais avoir !!!! Rien que d'y penser j'ai l'impression que je vais m'évanouir. D'un seul coup je suis blanche comme une riza pré-cuite et je suis presque sure que mes lèvres sont devenues bleues. Il est marrant lui... comme si j'avais le choix.

Je lui tends le couteau et mon bras.


- Sers toi... dépêche...



Ouais, avant que je change d'avis... putain j'ai un dingue qui va boire mon sang !!! Au secours ! Sortez-moi d'ici ! Je veux retrouver la civilisation ! Je veux ma maison, mes draps qui sentent bon, ma douche à impulsions, mes coussins en plumes de Drozeoles, mes jolies fringues, mes petits copains occasionnels, mes parents, mes frères, ma soeur... et j'ai quoi à la place ? Un type enroulé dans du tissus qui va siroter mon sang... elle est pas belle la vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Jeu 29 Jan - 15:07

La douleur de chair résonne dans l'air, mais Alistair attend. La vie de l'homme devant lui n'a aucune valeur sinon celle de l'éventuelle récompense. Il comprend qu'elle est importante pour la fille, mais ça ne change rien. D'ici deux jours, il sera dans sa grotte, loin de tout et ne la reverra probablement jamais. Tout ceci n'est pas son problème. Il est venu, comme tout le monde, voir ce qu'il pouvait emporter sans se faire tuer. Voilà tout.

Le couteau est tranchant et on peut sentir dessus des restes de sang. Il n'a pas été bien lavé. Peu importe. Le plus grand avantage que les modeleurs ont sur les médecins reste le fait que l'hygiène est optionnelle pour eux. Personne n'attend des gens qui mangent de la viande humaine qu'ils seront propres et leur magie leur permet de purger les tissus.

- Mmh-mmm.

Alistair marmonne, sans la regarder dans les yeux. Il regarde son bras et fait une entaille au niveau du poignet puis dans sa propre paume.

Lentement, son sang et celui de la fille se mettent à couler, mais sans tomber par terre. Les muscles du modeleur se tendent sous ses vêtements, alors qu'il attire le liquide vital à lui. D'un geste plus net, il referme la blessure sur la peau de l'infirmière. Elle est jeune et assez forte. Il a assez de carburant pour attaquer sa tâche délicate. Le sang mélangé imprègne sa main droite. Elle rougeoie, son corps assimile une partie de son énergie. Il doit agir vite.
La gauche se pose sur le tuyau.

- Douleur.

D'un mouvement soudain et rapide, il arrache le bout de métal du corps de l'homme qui hurle comme si son âme devait être arrachée de son corps. Ses larmes coulent sans retenue et Alistair regrette de ne pas avoir demandé à ce qu'on les conserve pour lui. Trop tard. Sa main ensanglantée vient couvrir la blessure et le sang quitte ses doigts pour venir renforcer la chair meurtrie du blessé.

Pendant quelques instants, Alistair reste immobile, entonnant une petite comptine que son tuteur chantonnait parfois en "travaillant". Elle n'a aucun effet magique, mais favorise sa concentration.
Après une minute, il lève la main, découvrant une vilaine cicatrice. Le patient ne peut plus se vider de son sang. Le vrai travail peut commencer. Les yeux fermés, Alistair gesticule au-dessus de lui. Parfois comme s'il tenter d'enfiler une aiguille invisible, parfois comme s'il dirigeait un orchestre que lui seul entendrait. L'autre homme perd connaissance, mais respire. Ses chairs se ressoudent sous la peau. Le modeleur reforme ses veines, ses muscles. Les miettes de l'os sont recyclés et retrouvent une place dans la colonne vertébrale.

Lentement, la moelle et tous les nerfs sont tissés pour reprendre la forme qu'ils devraient avoir. Pour finir, Alistair serre le poing si fort que ses articulations blanchissent et son bras tremble. La cicatrice provisoire se lisse et devient peau, comme si elle n'avait jamais été entamée.

Le modeleur ouvre lentement les yeux, la respiration accélérée.

- Ça va aller. Vivant. A son réveil, il ne sentira rien.

Il valait toujours mieux reformer un peu plus de muscles que nécessaire. Sinon, le patient sentait des tiraillements insupportables dus à la longueur réduite des tissus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Ven 30 Jan - 12:04

Au final il ne vient pas coller sa bouche douteuse contre mon bras. La coupure me fait gémir légèrement mais c'est plus à cause de la peur que de la douleur… en plus il referme la plaie et c'est comme si rien ne s'était passé. Je ne sens rien. Il n'a pas prit grand-chose en plus… je suis toute étonnée et je le regarde faire, fascinée. DuCon hurle affreusement quand il lui arrache le tuyau du dos et j'ai envie de me boucher les oreilles… ce cri restera dans ma mémoire avec ceux des mourants que j'ai dû soigner… horrible… Comme si on lui arrachait trente ans de sa vie d'un seul coup… et puis l'homme le soigne et il n'y a plus la moindre trace de quoi que se soit sur son dos. Je jette un œil et palpe rapidement sa peau pour m'assurer que tout à l'air normal… c'est le cas… Je souris. Un soulagement intense me met les larmes aux yeux. J'vais pas crever !

Je hoche doucement la tête quand il me raconte vaguement qu'il n'y aura pas de séquelles et vais ouvrir la tente pour annoncer au Chef que son ami va bien, qu'il ira même très bien dés son réveil…

- Tout va bien, il n'a…

Pas le temps de finir ma phrase. Un coup de point magistral à la tempe me renvoi directement dans la tente et je m'écrase lourdement contre le sorcier en m'effondrant. Je suis sonnée… je me redresse en chancelant et en portant ma main à la zone d'impact, persuadée de sentir mon cerveau en train de dégouliner d'une plaie béante… mais rien. Même pas de sang… pourtant ça fait un mal de chien. Il faut que je cligne plusieurs fois des yeux en me tenant au lit de camps pour comprendre ce qui vient de m'arriver… le Chef se tient devant moi, furieux, et me hurle quelque chose au visage. J'essaye de lui dire que je ne comprends rien mais il m'attrape par le t-shirt et me secoue comme un arbre à glunos. Finalement je finis par saisir qu'il a entendu son ami hurler et qu'il me le reproche, qu'il n'a jamais autorisé la venue d'un modeleur chez lui et que je vais en chier… Je lui montre le type couché et lui explique qu'il n'a plus rien, que quand il se réveillera il pourra marcher et qu'il n'a même pas de cicatrice. Il s'en fiche. Enfin à mon avis il est content, mais il a quand même envie de m'engueuler. Il lorgne le sorcier, le jaugeant du regard, puis me signale qu'il compte bien me faire payer tout ça ce soir. Il sort… Je me mets à trembler tellement fort que je suis obligée de me laisser tomber par terre, appuyée contre le lit de camps. Mes jambes ne me portent plus et la douleur dans ma tête pulse rapidement… je hais cet endroit…

Je reprends mon souffle et lève les yeux vers le sorcier, les fixant sur son épaule.

- Je euh… merci pour ce que tu as fais…

Brusquement, le fait qu'il voulait être payé me revient en mémoire. Vu la gueule que tirait le Chef je ne suis pas sure de réussir à négocier quoi que ce soit… je lui dirais bien de se barrer, mais ça ne serait pas vraiment gentil pour lui… après tout il est venu et il a fait ce que je lui avais demandé… Je suis malheureusement une fille plutôt honnête et le laisser se barrer comme ça me dérange. Ne serait-ce que pour le principe… J'ai rien à lui offrir moi malheureusement…

- Ton cadeau… euh… tu veux quoi ?

Je regarde autour de moi en me demandant ce que je pourrais bien lui offrir, et mon regard se pose sur l'absence de cicatrice de mon poignet.

- Mon sang ? Tu veux que je t'en donne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Ven 30 Jan - 15:59

Si son travail était une réussite, les choses ne se déroulaient pas vraiment bien pour la fille. L'homme qui devait commander le gang avait l'air furieux pour une raison inconnue. Le modeleur était certain qu'il avait fait ce qu'il devait et qu'il l'avait fait correctement. Mais il avait l'impression que l'infirmière qui l'avait engagé n'était en fait pas considérée comme importante par le reste du gang.

Surpris, Alistair rattrapa la fille, lui tombant dessus pour la deuxième fois en deux jours. Sans compassion, il eut simplement la présence d'esprit de placer ses mains de façon utile. Il hocha simplement la tête à ses remerciements. Les gens n'avaient pas toujours l'habitude d'être polis avec lui. Certains voyaient en lui un genre de prêtre, comme il y en avait un paquet sur Prayvis. Tous prêchaient la fin des temps et le jugement divin s'abattant sur les malheureux survivants. D'autres étaient plutôt prompts à lui lancer des pierres et l'éviter dès qu'ils apprenaient son occupation.

Elle lui proposait enfin ce qu'il voulait. Pas un être humain entier. Il doutait qu'elle en ait le pouvoir. Mais du sang. Le sang, c'était toujours bien, à défaut de viande ou de chair.

- Oui. Si t'as une bouteille. Ou quelque chose comme ça. Je dois marcher avec, je vais pas le boire là.

Deux bonnes journées (ou nuitées) de marche. Il n'allait pas non plus garder le sang de la fille dans le creux de sa main pendant tout ce temps. Surtout en dormant.
Pendant un moment, il réfléchit. Elle n'avait pas l'air d'aimer l'idée de se faire encore entailler le bras.

- Ou alors si t'as à manger, je veux bien. J'aime bien ces trucs enfermés dans le métal. Des boîtes. Ça se conserve bien.

Alistair était capable de cuisiner plusieurs sortes de viande, parfois même dans une sauce à base ce qu'il avait sous la main. Mais les produits conditionnés en masse avaient un goût étranger et pas désagréable.

- Si t'as ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/01/2015
Lieu de vie : Spacioport
Survie : Infirmière

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Dim 1 Fév - 22:07

Je dois avouer que je mets facile trente secondes à comprendre de quoi il parle quand il aborde le sujet des "trucs enfermés dans du métal". Pourtant c'est assez facile à comprendre, c'est juste que j'étais loin de m'attendre à ça. En fait je pensais plutôt qu'il allait me demander s'il pouvait me manger un bras où une jambe, si je pouvais lui fournir des cadavres de chiens errants où encore un nourrisson fraichement arraché au ventre de sa mère. Cette planète est en train de me rendre cinglée...

Je lui fais comprendre qu'il doit rester dans la tente pour m'attendre et je me faufile dehors en essayant de me faire discrète. Un coup dans la gueule m'a suffit, j'en veux pas un second. Je traverse le camps pour pénétrer dans le garde manger comme si c'était la chose la plus naturelle du monde, je remplis un sac avec quelques boîtes sans regarder leurs contenus... et je refais le trajet en sens inverse. Personne ne m'a remarquée... j'en pleurerais presque de soulagement... Cette planète est en train de me rendre parano...

- Alors j'ai ça, attends... Tu me dis si ça suffit pas hein... j'ai jamais payé un euh... modeleur c'est ça ?


Je lui sors les six boîtes que j'ai récupérées et je les fourre entre ses mains en regardant son épaule, je récupère le couteau, me refais un trou dans le bras en grimaçant mais sans couiner parce que je m'y attends un peu plus cette fois, et je laisse mon sang couler dans la petite bouteille d'environ cinquante centilitres que j'ai récupéré en même temps que les boîtes. C'est long et lent... je pousse un soupire et m'ouvre un peu plus le bras pour que ça aille plus vite. Pas bien utile mais bon, c'est l'intention qui compte... Je suis en train de mettre mon sang dans une petite bouteille en verre et de récolter des boîtes de conserve pour payer un type qui vient de reconstruire des morceaux de colonne vertébrale avec la seule force de sa pensée et d'un peu de sang qu'il m'avait piqué... tout va bien... tout est normal... c'est pas du tout un monde de dégénérés psychopathes... non non...

Quand la bouteille finit par être à moitié remplie et que ma patience a déjà atteint ses limites au moins deux fois, je referme le tout d'un geste un peu sec et la tend au type louche.

- J'espère que ça suffit, c'est un peur chiant... et est ce que tu pourrais...

Je lui montre mon bras qui saigne toujours, peut-être va-t-il à nouveau me le refermer... tant qu'à faire je préfèrerais. En attendant qu'il le fasse où qu'il m'envoie chier, j'en profite pour lui demander d'autres choses.

- Et est-ce que tu as un nom ? J'aimerais bien savoir comment te contacter si jamais j'ai encore besoin de ton aide... tu seras payé à chaque fois euh... un cadeau si tu m'aide, toujours. Qu'est ce que tu en dis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   Lun 2 Fév - 20:21

Alistair regarde dans le sac et sort l'une des boîtes.

- Ouais. J'aime celles-là.

C'est de la viande. Et pas une des conserves autrefois produites sur Prayvis. Mais l'une de celles venues depuis une planète lointaine. Le modeleur le sait parce qu'il n'a jamais vu le nom de l'entreprise qui l'a produite dans les ruines. Toujours sur des gens propres, sortis des usines pillées.

Il n'a pas eu besoin de regarder le sang. L'odeur lui parvenait aussi clairement que si Assiah le lui avait versé sur la tête. Sous la peinture noire (dont vous ne voulez pas connaître la composition) recouvrant son front, Alistair fronça les sourcils.

- Merci. Serrant le poing, il referma la petite entaille. Ça n'était guère difficile.

Et on arrive à la partie difficile. Celle où quelqu'un est reconnaissant et veut créer des liens. C'est systématiquement gênant comme conversation pour l'homme qui a passé une bonne partie de sa vie d'adulte à éviter que les gens sachent comment le retrouver ou le contacter. Ceux qui y sont parvenus trop directement on dû lui servir de repas. Avec l'exception notable de son ancien camarade de jeux. Mais lui, s'il vient, c'est pas avec des gens. C'est seul.

- Euh. Tu peux demander au gars. Qui vend les bandages. Des fois, il sait quand je passe en ville.

Sauf que là, Alistair était bien parti pour ne pas y venir pendant un bon moment. Et ne pas aller soigner de gens au même endroit.

- Sinon, euh... C'est Alistair. Mon nom.

Soudainement, il se sent con d'avoir eu à préciser, mais c'est comme ça. Souvent, les gens ne saisissaient pas du premier coup. Plus d'une fois, il lui était arrivé qu'on ne croit pas qu'il pouvait avoir un nom comme ça. La plupart s'attendent généralement à un genre de son monosyllabique.

- J'vais y aller, hein.

Alistair lève la main pour la saluer, sans être certain quel geste faire. Il sortit de la tente en ayant l'air de vouloir chasser une mouche invisible et s'éloigna aussi vite qu'il le pouvait, espérant mettre un maximum de distance et d'obstacles naturels entre lui et cet endroit où assez de gens l'avaient regardé. Maintenant, il pouvait ne croiser personne pendant un petit mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je vais te montrer mon arme si je reçois un cadeau [PV Assiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pandawa air : quelle arme choisir ?
» Question arme pandawa air:
» Arme qui soigne.
» arme ork epic
» Dilemme : prérequis d'arme et Tofu fou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prayvis :: Prayvis [RP] :: Spatioport-