Prayvis est une planète abandonnée de toute personne saine d'esprit. Il y règne un Chaos sans précédent depuis 120 ans
 

Partagez | 
 

 Docteur Zelda Corlay.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/02/2015
Lieu de vie : Cabinet Médical de fortune, au grenier d'un immeuble tordu de Labo.
Survie : Médecin.

MessageSujet: Docteur Zelda Corlay.   Sam 14 Fév - 16:53

Nom :

Corlay

Prénom :

Zelda

Surnom :

Zel

Âge :

30 ans

Origine :

Viande un peu avariée après deux ans sur Prayvis.

Raison de votre présence :

 

Un stage professionnalisant au sein d'un groupe de suivi médical dans l'entreprise énergétique française CRys qui suite à une épidémie à fait faillite et a laissé en plan la majorité du personnel - dont Zel. 

Orientation sexuelle :

Bisexualité, petite préférence homosexuelle.

Mentor(s) :

 

Arrivée à Prayvis, Zelda ne savait de la survie que ce que son grand-père marin avait bien pu lui apprendre - et manque de bol ici-bas les océans se font rares... Seuls quelques bons livres et bons amis habitués de Lago ont pu lui donner les bases pour rester vivante. 





Physique :

 
Zelda est une grande blonde, au physique rendu athlétique par les quelques compétitions de natation et de surf auxquelles elle a pu participer dans le passé. Elle serait une de ces  beautés naturelles si elle ne tirait pas autant la gueule - et c’est vrai qu’il lui manque le charme solaire attendu des jolies blondes, avec ses yeux petits, sombres et perdus dans le vide de ses pensées et sa bouche close, ses sourcils trop épais et ses pommettes trop pointues. Mais ce n’est pas de sa faute. Elle aime rire, elle aime déconner, mais c’est juste sa tête normale, l’air sévère et les yeux jetés dans le grand vague. On peut lui arracher une étincelle de rire et un sourire de maman si on est sage. Il suffit d’apprendre ses codes. De s’intégrer au delà de sa barrière antipersonnel. Et tracer sur ses avant-bras, son buste et au bas de son dos les petites cicatrices blanches qui se font les branches d’un arbre de mauvaises passes et de mauvais souvenirs. Des petites lignes sans réelle direction ni ordre. Il y a un lapin blanc tatoué au creux de sa cuisse droite et un bateau pirate sur son omoplate gauche; des tatouages pas si beaux que ça qu’elle n’a jamais eu le courage de faire retirer. Elle laisse son corps exprimer ce que l’esprit refuse de voir. Règles intempestives, plaques rouges  sur ses bras dans les grands stress, pâleur lors de ses incertitudes, cernes des nuits passées à trop penser - il y a un symptôme pour chaque non dit. Il n'en tient qu'à vous d'apprendre à les décoder.


Ces dernières années :

 


A 10 ans, elle adorait vider les poissons. Lorsque son grand-père l’amenait à la pêche sur son petit canot rouge et blanc, elle était chargée officielle du vidage de poisson. Elle adorait ça. Foutre leurs petits organes visqueux dans la mer et ouvrir du pouce leur bouche remplie de petites dents pointues. Appuyer sur leurs yeux blancs du bout de l’index. Découvrir leur intérieur comme un savant fou à la recherche du secret de la vie terrestre. Est-ce le cœur, est-ce l’intestin - il y a t-il une âme? Mamita disait que seuls les êtres humains avaient une âme.  Alors dès qu’elle vidait un poisson, Zel inspectait s’il n’y avait pas cette petite perle blanche qu’on appelle âme au fond de leurs entrailles, comme pour vérifier la théorie de sa grand-mère. Mais sa grand-mère avait toujours raison. Les poissons n’avaient pas d’âme. Les langoustes non plus. Les crabes encore moins. Les grenouilles ça puait juste. Les insectes, y’avait pas assez de place. Petit à petit le champ des possibles se réduisait. Seuls les Hommes ont une âme. Une petite perle au fond de leur cœur. Carte VIP pour le Paradis. A 11 ans, elle décida qu’elle deviendrait chirurgien.


Zelda n’était pas une mauvaise fille. Elle n’avait jamais été. Elle était têtue, un peu trop gâtée, un peu trop libre selon certains, mais c’était ainsi, c’était pas une gosse de la ville, non, son éducation elle se l’était construite face à la mer et dans le vent, à courir sur la plage et à pédaler sur les dunes du Finistère, de 10h à 12h30 et de 14h à 19h la côte toute entière de la pointe de Penmarch à Bénodet était son Royaume - elle y régnait en nouvelle duchesse de Bretagne. Zelda n’avait pas de père. Sa mère l’avait eu trop jeune. Ils avaient essayé de vivre tous les quatre dans Paname, sa mère, Zelda, le père parti, les parents de sa mère. Mais sa mère avait voulu vivre, se faire une vie normale, sa vie à elle - elle l’avait refilé à ses parents qui eux-mêmes l’avait refilé à leurs parents et de mains en mains, de génération en génération petite Zel s’était retrouvé dans les jupes de ses ancêtres bretons - son arrière-grand-mère et arrière-grand-père si on suit l’arbre, mamita et papik si on suit son cœur. Ils n’étaient pas assez vieux pour être fous mais suffisamment pour être fatigués et cette gamine du pêché ils l’avaient aimé de tout leur cœur guimauve, l’avait battue de toute leur morale de bons croyants, l’avait laissé vivre dans le vent marin et rêver ses rêves d’enfant.


A 18 ans elle toucha une bourse du conseil régional et un petit revenu mensuel envoyé par sa mère pour s’installer à Nantes et entrer à la fac de médecine. Elle voulait devenir chirurgien. Son obsession de jeunesse était devenue une passion saine, elle avait toujours eu des résultats corrects en sciences, croyait plus en moins en Dieu, avait plus ou moins espoir en l’avenir, elle s’était dit moi j’aime faire du découpage et j’aime le corps humain et si en plus je peux gagner pleins de tunes et être utile à la société comme ça c’est tout bénef.


Elle n’avait pas peur du sang ni de tripoter la chaire des macabés. Elle était bonne en TP, savait garder son sang froid, avait redoublé sa première année, puis redoublé sa deuxième année, n’avait pas pu entrer en chirurgie trop de mecs - trop de fils de prof de médecine - pas assez de places - trop de soirées arrosées - trop de filles dans son lit trop envie de vivre - envie de voir la mer - envie d’en avoir plus rien à foutre - et ça avait été le grand passage à vide. Les grands-parents mourants et la mère absente à l’enterrement, la maison du Finistère vendue à des parigots blindés de fric et aux enfants bruyants, l’hiver trop long, la ville trop grise, les cigarettes écrasées sur la table de chevet, les ruptures et les amitiés foutues à la poubelle, les flaques de vomis à la sortie des bars et les mains des hommes l’attirant dans une ruelle, ça avait été pas assez d’argent pour se payer une voiture mais suffisamment pour s'offrir de la coke, les cheveux sales et les piercing aux oreilles, les nuits dans la rue et les jours solitaires, elle venait en cours une fois par semaine, juste pour dire qu’elle était là, qu’elle existait- mais elle n’était qu’une tache blonde dans un amphithéâtre de gens brillants et y’en avait qui disait quitte à aimer le sang elle serait mieux à zigouiller des gens qu’à essayer de leur sauver la vie.


A 26 ans elle passa ces examens dans l’espoir de rentrer à l’internat de médecine générale. A l’oral, elle avait attaché ses cheveux en un chignon ordonné et avait retiré ses lunettes aux verres anti-fatigue parce qu’elle avait toujours pensé qu’elle était plus jolie ainsi. Elle avait mis un col roulé pour qu’on ne voit pas les cicatrices le long de ses bras et de son cou. Elle avait arrêté de fumer et avait enlevé ses piercing et personne ne pourrait vérifier la présence de tatouages sous ses couches de vêtement. Elle avait un joli sourire et un regard intelligent. Elle n’avait pas été dans les meilleurs mais pas non plus dans les derniers. Elle serait urgentiste, pensait-elle. Elle serait utile. Elle aiderait. Elle ne tomberait plus. Elle serait clean. Elle ne fumerait plus. Elle ne dormirait plus dans la rue.


Zelda voulait être utile.


Son stage de 3e année ne se ferait pas en service hospitalier. Elle serait envoyée avec une équipe de 3 médecins diplômés sur Prayvis au sein de l’usine CRys pour s’occuper du suivi du personnel. C’était à la fois un peu pourris et à la fois un peu cool  et son chef de stage lui avait dit que c’était une sacré opportunité, que CRys allait percer dans l’économie de l’énergie, que ça ferait bien sur son CV.


Ils n’avaient mis que quelques mois à diagnostiquer le début de l’épidémie. Les employés tombaient malade les uns après les autres d’une infection rendue visible par la propagation de tâches noires et brunes sur leurs membres et sur le visage, et puis ils hurlaient de douleur, leurs cheveux tombaient, leurs ongles tombaient, ils tombaient. Il y avait une bactérie dans le minerais que Crys exploitait. La solution fut radicale. L’usine fit faillite. On foutu les malades en quarantaine, à l’abri des autres survivants, on promis d’aller chercher de l’aide, deux médecins partirent, le troisième tomba malade à son tour, les dirigeants se barrèrent, les rescapés attendirent un mois, puis deux, puis Zel se trouva face à l’absurde réalité des faits. Elle avait été abandonnée. Au sein d’une usine, jeune interne française chargée de la survie de quelques centaines de malades d’un virus qui leur était jusqu’à maintenant complètement inconnu. Elle partit. Elle partit en courant avec la majorité du matériel médical en claquant la porte de l’usine derrière elle. Elle entendit le plan d’autres rescapés de faire sauter l’infrastructure et de tout brûler pour éviter la propagation. Elle en avait rien à foutre. C’était plus son problème. Elle n'était même pas officiellement médecin. Elle était partie en courant, s’était foutue dans un truck avec des cartons de médicaments et d’appareils, et s’était barré loin de l’horreur des tâches noires, advienne que pourra, elle s’en foutait du reste, elle s’en foutait des malades, de ceux qui ne l’étaient pas, de ceux qui voulait sa peau ou qui lui voulaient du bien. Elle parti. Zelda était la fille du vent. C’était la dernière duchesse de Bretagne, de la Pointe Penmarch à Bénodet. Elle devait vivre.


Zelda a 30 ans et toujours un nom de merde, et toujours des cheveux blonds, et toujours une blouse blanche. Elle ne vide plus les poissons. Elle s’est faite médecin dans Lago, elle s’est faite un nom, un semblant de cabinet, un semblant de quotidien, des semblants de lien sociaux, un semblant d’humanité, un semblant de respect.

Certains continuent de croire qu’elle ferait mieux de manier le couteau plutôt que le stéthoscope, car ici tuer a toujours était plus facile que vivre.



Talents : 

 
Zel a pratiqué suffisamment d’années pour être reconnue comme un bon médecin, elle a une bonne connaissance des maladies et des comportements à avoir en situation d’urgences et une capacité assez extraordinaire à garder son sang froid et l’esprit vif. Son manque de moral certain l’aidera a se faire des alliés parmi la bonne gente comme chez les connards finis. Son manque certain de connaissance de la planète et de la vie hors du petit univers terrestre rassurant pourra cependant lui porter préjudice.


Autres :


Zelda a toujours été borderline. Entre la maman responsable et la gamine capricieuse et qui aimerait bien foutre sa vie en l’air. Certains la considère comme lunatique.


HORS JEU

+ Comment avez-vous découvert le Forum :


=> Un jeune caballero nommé Fuck Fairy m'a ouvert la voie sur cette terre. 

+ Avez-vous des conseils/des remarques le concernant :


=> Rien à redire, j'aime l'univers et sa simplicité qui permets plus de liberté de jeu. Je m'excuse pour le code de la fiche j'ai galéré et j'ai pas réussi à le faire tout beau comme prévu. Mea culpa.

+ Votre disponibilité (moyenne) :


=> FAIBLE. Genre. Vraiment. C'en est honteux. Mais je ferais ce que je peux les fins de semaine et je vous laisserais pas en plan, c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: Docteur Zelda Corlay.   Sam 14 Fév - 18:54

Désolé pour le temps d'attente (pour une fois j'étais pas devant l'ordi...)

Bref.

Bienvenue ! C'est une belle fiche et, même si ça m'attriste de voir ta disponibilité (et celle de Fairy, aussi), je n'ai rien à redire. Tu es validée et libre d'aller RP autant que Tu veux et peux o/

Bon jeu à Toiii !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Docteur Zelda Corlay.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» tout se que je touche casse c'est normal docteur
» Euh.... quoi de neuf docteur?
» "Zelda:Good Bye Hyrule 2" de CoolZhomicide
» Votre avis sur Zelda : The Wand of Gamelon
» ZELDA The hero of time "le film".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prayvis :: Registre planétaire :: Le Répertoire :: Approuvés-