Prayvis est une planète abandonnée de toute personne saine d'esprit. Il y règne un Chaos sans précédent depuis 120 ans
 

Partagez | 
 

 [PV] Onomatopée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: [PV] Onomatopée.    Lun 9 Fév - 21:58

Malgré une liste de défauts longue comme plus d'un pénis, Prayvis avait ses avantages non discutables. Par exemple, l'espace. Le fait que les gens n'arrêtaient pas de s’entre-tuer pour toujours les mêmes lopins de terre n'empêchait les personnes telles qu'Alistair d'y trouver leur compte.

Le modeleur appréciait le contact avec la nature, les déserts de sable et de rochers à perte de vue, les hurlements du vent à l'entrée de sa grotte et d'autres plaisirs simples de sa, simple elle aussi, existence. Aujourd'hui par exemple, cela ferait vingt jours qu'il n'avait pas vu d'être humain de plus près que dix kilomètres et qu'il ne faisait que marmonner à l'intention de son ombre pour ne pas perdre l'usage de ses cordes vocales.

Il parcourait les environs de sa grotte et dormait au sommet de rares arbres à ronces dont il connaissait les recoins sûrs ou dans de petites crevasses où il pouvait se réfugier. Une fiole de sang dans ses sacoches, il cherchait des endroits où trouver des plantes du désert en prévision des escapades pour la Dame des Ronces. La nuit allait bientôt tomber et Alistair venait d'arriver dans un oasis. S'il marchait pendant trois ou quatre heures, il pourrait retourner chez lui. Mais il était préférable de boire un peu d'eau et de se reposer.

Des herbivores inoffensifs l'imitaient de l'autre côté du petit plan d'eau. Leur présence lui était indifférentes et il le leur rendait bien. Quant aux prédateurs... Sans doute n'étaient-ils pas à proximité. Le sorcier hésita à allumer un feu mais décida plutôt de trouver un endroit à l'abri du vent. D'ici moins d'une heure il ferait noir et la lune n'éclairerait pas grand-chose. Il valait mieux être à couvert et disparaître totalement, les vêtement sombres aidant.

- Hum... Encore une gorgée d'eau. Il s'essuya la bouche et se releva. Faut y aller.

Masse de tissus et de kevlar, Alistair avança doucement vers la végétation, avant de s'immobiliser à l'approche d'une autre personne. Une vraie personne, pas un animal. Du moins, quelqu'un avec du vrai sang à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Lun 9 Fév - 23:57

J'ai survécu à un braquage. Ça arrive. Des fois des gens savent que vous transbahutez des trucs, genre de la drogue, et essayent de la récupérer. De force. Je m'en sors plutôt bien, pas blessé, avec la moitié de la cargaison et un cheval maigre à faire peur. En premier lieu je fuis très vite. J'ai été suffisamment de fois à la place des assaillants pour savoir qu'ils vont me poursuivre. Je transporte de quoi défoncer un troupeau de vaches, ça m'étonnerait qu'ils se sentent pas concernés.

Très ankylosé, j'atteins une oasis. J'me sens pas en sécurité, peut être que les autres connards la connaissent aussi. Aucun des mecs qui étaient avec moi semble se trouver là. Peut être qu'ils vont me rejoindre, peut être qu'ils sont tous morts et que l'autre moitié de la cargaison est perdue pour toujours. Je m'occupe de mon cas, c'est déjà pas mal.
J'fais boire le cheval à moitié crevé en le tenant par les rênes. Brave bête. L'odeur du sang l'a motivée. Moi aussi. Je secoue la tête pour oublier tout ça. Ce faisant, j'aperçois un mec à la périphérie de mon champ de vision. Il m'observe. Pas très menaçant. En plus, les autres connards étaient habillés avec des ornements de pédé flamboyants, genre des pics et tout. C'est pas le cas de celui là, plutôt assemblage hétéroclites de couches faites pour durer toute une vie.
Je soupèse mentalement les avantages et inconvénients d'avoir croisés un étranger dans un endroit aussi paumé. Quoique, j'exclus pas qu'il soit avec les mecs qui veulent me piquer des trucs non plus. La paranoïa fait jamais de mal. J'hésite à sortir une arme quelconque. L'odeur du sang sur mes fringues me perturbe pour réfléchir. Nan, il est un peu loin, je suis pas sûr de le toucher. Puis si il devait essayer de me buter, ça serait déjà fait. Mais c'est putain de bizarre un mec tout seul comme ça. J'mets plus ou moins le cheval en train de boire comme un désespéré entre l'étranger et moi. J'crois que j'ai parié mes pièces en kevlar dans un combat de chiens. Je sais pas où elles sont en tous cas.

- Salut. Pas la peine d'être malpoli. On s'balade tout seul dans le désert ?


On a fait mieux comme introduction, mais j'suis quand même vachement méfiant sur le coup du mec que j'croise dans la solitude sur l'oasis pile la plus proche de l'endroit où j'me suis fait agressé. Et j'ai mal à la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Mar 10 Fév - 19:44

L'homme n'a pas juste du sang dans ses veines, comme tout le monde. Il en a sur ses vêtements, même si lui-même n'a pas l'air mal en point. Ça veut dire que quelque part, quelqu'un d'autre a saigné. Alistair renifle l'air du soir et l'odeur le fait presque sourire. C'est toujours plaisant de sentir du sang qui a fraîchement coulé. Il y a quelques heures, tout au plus.

Le sorcier peut en déduire que la personne en face de lui sait se battre. Ou, au moins, elle le faisait mieux que quiconque l'avait attaquée. D'autre part, il n'était pas à exclure qu'il était poursuivi.

- Salut. Pris de court, il répond de la même façon. Puis le dévisage avant de répondre à sa question. Oui.

En même temps, c'était exactement ce qu'il faisait depuis trois jours. Se balader tout seul dans les déserts de Prayvis. Évitant les endroits où l'air était irrespirable et l'eau faisait fondre la peau, il visitait ce qui lui servait de patrie. En fait, sa patrie, c'était partout où il n'y avait pas de monde. Et là, face à l'autre homme et son cheval à l'article de la mort, Alistair se sentait vraiment en pays étranger.

- J'vois pas souvent des gens passer par là.

Traduisez : je suis désolé si je ne sais pas quoi dire, mais je ne m'attendais pas à avoir à parler dans la semaine qui vient. Et c'est facile de me prendre de court avec ces choses-là.
Alistair bouge légèrement pour sentir le poids d'un de ses couteaux dans sa manche. Juste au cas où. Le gars en face avait assez de sang sur lui pour qu'Alistair puisse au moins le ralentir avant de disparaître entre les rochers.

Alors, le temps vient d'employer une véritable prise verbale, un tour de passe-passe oratoire des plus classiques et pourtant indémodables des conversations peu réussies.

- Et toi ? Il faut étoffer, sinon on pourrait croire s'il lui demande s'il voit souvent des gens passer par ici, ce qui serait stupide. Tu fois quoi, là ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Jeu 12 Fév - 13:51

Le type manifeste peu d'agressivité. Je me penche pour remplir mes gourdes et tout ça. Pas de bonds soudain ou d'apparition d'armes. Si il joue le rôle de l'ermite qui n'a rien à voir avec rien, il fait ça hyper bien. Ça existe quand même, des types tout seul dans le désert. Il a l'air de s'en sortir. Moi, c'est pas que j'aime les gens, c'est que tout seul dans la vie j'ferais pas mieux que mourir. C'est un truc que j'ai capté vite. Mais y a les indécrottables misanthropes. Faut mieux se méfier quand même quand on en croise, on sait jamais depuis quand ils ont pas mangé.
Bon, il est pas intéressant et j'peux me permettre de m'en foutre. Je regarde vers l'horizon.

- Bah moi j'essaye de me débarrasser d'un tas de connards. Y en a deux trois qui arrivent, là bas, d'ailleurs. Je montre la direction du doigt – celle d'où je viens – à mon nouveau copain d'oasis. Au loin, des petits points noir qui deviennent de plus en plus gros. A ta place je partirai, j'crois que c'est des espèces de nihilistes. Je connais pas le sens exact du mot, mais j'ai pas appris à lire pour pas frimer de temps en temps. Dans ma tête ça désigne « les pédés flamboyants qui font absolument n'importe quoi ». 'fin ils sont violents pour le principe.

Je m'intéresse maintenant à mon cheval et à ma fuite éperdue. Ce con d'animal saigne des naseaux et de la bouche, je savais qu'il était daubée du cul ! J'en étais sûr ! … 'fin j'achète pas ces bêtes là pour durer. De toutes façons y en avait tellement peu à la base qu'ils sont tous consanguins, ça sera sûrement disparu d'ici dix ans. Le seul avantage c'est que c'est tout terrain. Y a peu d'engins qui aiment bien être trimbalés dans le sable.
Je saute quand même sur le canasson. Pas trop le choix. L'animal consent difficilement à courir, j'ai besoin de lui griffer assez fort la croupe. Le pas est quand même pas bien vif, on sent bien la douleur dans le mouvement. La seule raison pour laquelle le cheval me fout pas par terre, c'est qu'il en a pas la force. Je lui gueule que si il remue pas son cul, ce seront les autres connards qui vont le boulotter de toute façon. Ça a pas l'air de le motiver plus que ça.

J'ai pas trente six directions où aller pour éviter le relief galère du terrain. Ça serait dommage que le cheval se casse la gueule sur un gros caillou et que je me fracasse le crâne. Et là j'vois... d'autres mecs ?
Bordel de merde, ils ont réfléchi.

Comme avec une meute de loups, ils me mènent où ils veulent. J'suis obligé de faire demi tour, mais j'le ferais pas. Si seulement il faisait nuit, ça serait tellement plus simple. Je dois tuer des gens maintenant. Putain, je pouvais pas prévoir un truc pareil.
Je descends de la pauvre bête agonisante, me poste derrière un gros caillou pour les attendre. Je me mets pas immédiatement à tirer dans tous les sens comme un gros babouin. Vu la rareté des munitions, c'est stupide. Je fais rien si je suis pas sûr de buter quelqu'un.
Y a deux mecs. Ils sont pas très bien équipés. Ça explique pourquoi ils ont besoin de réfléchir avant d'attaquer. Il se rapprochent de moi. Évidemment ça devient tout crado avec du sang qui vole partout. J'me fais juste roussir un peu le flanc. C'est le cheval en train de mourir vingt mètres plus loin qui les ont perturbés. M'en fous, pour le prix d'un j'en ai deux de neufs ! … 'fin neuf... ça ressemble beaucoup à des squelettes de chevaux avec du cuir posé dessus, puis l'odeur du sang les rendent vachement nerveux. Pendant l'affrontement, l'un deux se rapproche accidentellement de moi, d'ailleurs, avec son cavalier agonisant encore sur son dos. Le mec me tombe quasiment dessus. Se faire asperger de sang, c'est pas très agréable, mais ça arrive souvent. J'ai plus qu'à me relaver les cheveux, alors que je l'ai déjà fait y a même pas deux semaines. Bon, tant pis.

J'ai un goût métallique très caractéristique dans la bouche. Du sang, évidemment. Aaaaah c'est tellement putain de dégueulasse ! C'est pas le mien en plus ! Puis... euh.
Je cherche une explication rationnelle. J'ai l'impression d'être défoncé, parce que c'est l'expérience que je connais qui s'en rapproche le plus. Mais c'est pas ça non plus. Je m'accroche quand même à cette raison parce qu'il en faut bien une. Donc, le mec était défoncé, en se prenant son sang dans la gueule j'le suis aussi. Une drogue vachement violente alors, que je connais pas. Je contracte instinctivement les muscles pour résister à la sensation. Ça marche pas très bien.


Je décide de retourner à l'oasis, parce que. Y a des mecs qui veulent me tuer, par là. Mes déplacement erratiques ressemblent à ceux d'un oiseau en train d'avoir une attaque cérébrale. Je tombe plusieurs fois par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Jeu 12 Fév - 20:08

La grisaille du soir n'est toujours pas devenue la noirceur de la nuit et Alistair n'aime pas du tout ce qu'il entend. Et surtout ce qu'il voit.

D'abord, il ne saisit pas les mots trop compliqués. Puis, ses plans pour la soirée sont perturbés par l'incitation à partir. Enfin, d'autres gens débarquent dans l'oasis. Le sorcier recule, se cache dans les rares arbustes autant qu'il peut. Une bonne partie de sa personne reste visible mais au moins il reste à l'écart de l'affrontement. Pour un peu, il se boucherait les oreilles et fermerait les yeux. Mais ça, ça serait perdre en vigilance et c'est le genre d'erreurs qu'on ne fait qu'une fois, généralement.

L'homme qui lui avait tue les deux premiers assaillants pendant que son cheval agonise. Le sang gicle et son odeur emplit maintenant l'air et fait bourdonner le cerveau d'Alistair. Ses mains se mettent à trembler légèrement alors que sa bouche se dessèche. Il tente de rassembler un peu de salive et de l'avaler d'un coup.

Ça n'aide pas.

Dans un vague grognement, il sort de sa cachette de fortune. Il voit alors le premier homme revenir. D'autres gens doivent arriver. La terre ne vibre pas, ils ne doivent pas être tout près. Le modeleur étend un peu sa perception. Des humains approchent en effet.

- J'dirais qu'il y en a encore trois. Ou quatre.

Son défunt maître se nourrissait surtout des morts et des blessés que diverses bandes laissaient sur leur passage. Trouvant cela risqué, son élève préférait des cibles isolées. Mais si sa survie risquait d'être mise en péril, il se devait de le faire en public.Il grogna encore une fois, juste pour lui, avant de sauter sur l'un des cadavres, le couteau à la main. Lui ouvrant la gorge, il boit du sang qui n'a pas été souillé par les petits morceaux d'organes internes. Il n'en reste pas beaucoup mais il n'a pas non plus le temps de se farcir cinq litres.

Plusieurs fois, la bile lui remonte dans la bouche et il la recrache, nettoyant un minimum son propre corps de la drogue qui risquerait de le priver de ses facultés.

Le gars venu se défendre dans l'oasis était légèrement touché. Il vivra, Alistair peut le sentir. Empli d'énergie, il sourit bêtement, capable de percevoir très nettement les gens qui approchent. Le visage toujours en sang et le couteau à la main, il fit signe à Bavaria de ne pas trop bouger. Maladroitement, il mima l'arme à feu et indiqua une direction. Un homme venait de là, représenté par un doit levé par Alistair. Trois autres d'une autre direction, un peu plus au nord.

Le modeleur s'accroupit derrière un rocher et resta silencieux. Le premier de ses trois cibles arriva bientôt à dos de son cheval tout aussi misérable que les autres. Les yeux verts d'Alistair roulèrent légèrement en arrière alors qu'il donnait un coup de poing en l'air. Le cavalier tomba, sonné mais pas mort. Le sorcier lui sauta dessus et lui planta sa lame entre les côtes. Il pressa sa main libre sur sa bouche, le temps qu'il arrête de bouger.

Son regard croisa alors celui de la personne qu'il aidait par la force des choses. La moins violente des deux camps et peut-être la seule avec laquelle on pouvait potentiellement arriver à un accord. Il sourit, dents encore rougies par le sang qu'il venait de boire et haussa les épaules d'un air impuissant.

- Tu vas pas essayer de m'buter après, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Jeu 12 Fév - 21:08

En fait j'suis pas trop frais. J'me sens bizarrement speedé/défoncé. Et ce qui arrange rien c'est que je vois le gentil mec de tout à l'heure bouffer avidement son contemporain.
Je l'avais pas trop vu venir non plus ça.

Je pose mon cul sur le sable avec des gestes incertains. OK, on en est là. Tu veux qu'on parle de perversité ? C'est parti.
Pour ce que j'en ai vu, les gens ont deux raisons majeures de faire des trucs : le business, et l'araignée au plafond. C'est tout. Et là, un type qui se met à en dévorer un autre comme ça, au beau milieu de la violence, c'est clairement la seconde catégorie. J'en ai vu des gens faire des trucs crado, dans ma vie, mais jamais ça. Le cannibalisme ? Ça arrive, mais je vois pas trop comment on peut s'en faire un kiffe non plus. C'est comme boire sa pisse. Et il cuit même pas ce qu'il veut manger ! Il le fait sous mon nez, comme ça.
Après, les systèmes de valeur, c'est assez compliqué dans le coin. Je suis surpris mais je me mets pas à hurler non plus. J'ai fini par comprendre que le monde est grand, et que les gens font absolument n'importe quoi. 'videmment, je connais pas grand chose aux sorciers parce qu'ils me foutent une trouille bleue. Donc j'identifie pas trop.
Les herbivores s'éloignent de nous à cause de l'agitation, le cannibale me fait des signes, d'autres types arrivent. Je secoue la tête. J'sais pas ce qui est en train de me prendre la tête, mais j'aime pas du tout. A un moment je me vois six griffes à la main droite, puis il y en a à nouveau cinq. Ça me distrait. Je devrais pas être distrait dans un moment pareil. Et c'est dur de faire fi de l'exaltation que m'apporte... j'sais pas quoi. Au moins j'suis pas tout seul dans la merde. Y en a un qui m'approche, il a euh... ben un énorme tuyau en fonte. J'essaye de viser mais j'le vois double. C'est pas simple. Tant pis, j'vais utiliser la Technique Ultime pour avoir l'occasion de l'approcher sans finir avec le crâne broyé. Elle marche pas systématiquement, mais quand ça marche c'est génial et très drôle.

- Hé, attends ! J'ai un truc hyper important à te dire. L'agresseur me fixe, surpris. Je m'avance vers lui les paumes ouvertes, avec une expression préoccupée. Je suis ton père.

Le mec a l'air de complètement tomber des nues. J'imagine dans sa tête qu'il se dit « oh, papa, enfin ! » et ça me fait presque marrer. Il a ces deux secondes d'immobilité stupéfaite dont j'ai très besoin. Je m'approche de lui comme si je voulais voir son visage de plus près, mon bras vole vers sa gorge offerte et je déchire tout ça. J'fais ça terriblement bien. Même pas besoin de couteau.
Si tu te demandes, ça m'arrive aussi de simuler des crises cardiaques.

Le cannibale me demande si je compte le tuer. Je réponds pas tout de suite parce que j'suis assez occupé à faire le point sur les deux types vivants. J'aime bien quand même la petite vanne entre deux actes de violence, c'est frais. Mais revenons en aux gars qui veulent nous tuer. Pas que cons, et parce qu'au bout d'un moment faut pas pousser, ils fuient. J'me réjouis pas trop parce qu'ils peuvent revenir avec des copains. J'peux répondre à la vanne de l'ermite cannibale :

- Et toi, tu vas pas me bouffer ? J'suis sûr que je suis pas bon en plus, un peu rassi. Humour, rôh. Mais pourquoi tu les as bouffé là comme ça ? T'as la dalle à ce point là ?


Il a pas l'air si mal portant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Sam 14 Fév - 20:25

Alistair réalise que ce qu'il fait n'est pas commun. Le cannibalisme, peut-être. Acculé, l'Homme en tant qu'espèce est capable d'aller très loin pour assurer sa survie. Ce qui pose problème, c'est le fait de boire du sang et la magie qui suit la consommation d'autres êtres humains. Le sorcier n'avait jamais pu trouver d'affinité avec la vitalité animale, il lui fallait celle de ses semblables. Ceci dit, la première leçon en termes de magie qu'il reçut l'informait à grand renfort d'exemples et d'anecdotes qu'il faut pas en faire en grand public. Dans chaque attroupement d'humains il y en avait un pour mentionner le bûcher ou autre chose du même acabit.

Enfin, là, le mec n'a pas l'air de vouloir du mal à Alistair. Il ne semble même pas remarquer la façon dont le modeleur fit tomber sa victime de cheval. Genre sans la toucher. Tant mieux.

- Bah j'ai pas faim. C'était juste pour avoir des forces.

Les deux autres agresseurs s'enfuient ce qui veut dire que le danger est écarté. Ça signifie aussi qu'Alistair se retrouve là, avec un "ami" et un surplus de sang d'autrui dans les veines. Un fourmillement de puissance circule dans son organisme et demande à être utilisé. Pas tout de suite, pas forcément, mais dans un futur proche. Il fixe les griffes de l'autre. Il ne les avaient pas vu tout de suite mais elles l'intéressent. Du boulot de modeleur ? Ou héritage génétique ? Ce dernier terme ne passe pas très bien par l'esprit de l'ermite mais il saisit l'idée. Naissance. En tout cas, ça a l'air utile et efficace.

- J'vais pas te manger, j'en ai trop. Il désigne le "fils" avec la gorge ouverte par les griffes de Bavaria. Et je peux toujours le manger, lui.

Voilà qui épuise le sujet, probablement. Maintenant, il faut trouver de quoi baisser le niveau d'énergie. Il y a pour cela plusieurs façons de faire, la plus simple étant simplement de trouver de la chair à modeler. Les cadavres, ça peut-être bien. En fait des marionnettes est la spécialité de quelques sorciers de Prayvis. Mais Alistair n'aime pas tellement ça. Le truc d'automutilation-guérison marche aussi très bien si on aime la douleur. Ça, ça passe.

- Euh, j'peux commencer par te soigner, non ? T'as été touché, j'crois.

D'un geste pas très assuré, Alistair montre le flanc de l'autre homme. Il saigne pas trop mais c'est toujours mieux d'être guéri que blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Dim 15 Fév - 18:26

Bon, je comprends rien à ce qu'il me dit, il est complètement fou. Il parle de lui comme d'un réservoir de voiture. Bon, ça me gêne pas parce que ça a pas l'air dangereux. Un vrai fou reste assez logique, faut juste piger le fonctionnement. Puis c'est rationnel qu'il me mange pas si il a des tas de cadavres tout frais sous la main. Pourquoi je le croirais pas ?
L'adrénaline retombe, personne veut me tuer dans l'immédiat. Je retourne m'asseoir dans le sable. L'habitude de garder l'énergie pour quand c'est vraiment important. Puis j'ai mal au dos avec toute cette connerie de course à cheval. Le paysage est devenu sinistre, mais près d'une oasis c'est courant. Un lieu de rencontre. Il doit y avoir des ossements humains – ou d'êtres conscients en général – enterré dans le sable, comme dans le cauchemar que j'ai fait à cause du cactus rigolo. J'deviens toujours un peu mélancolique quand je vois des gens en morceaux. C'est l'âge.

- Ouais, moi faut que je débite le cheval qu'est en train de claquer, dès que j'aurais moins la flemme. C'est con mais je supporte pas de voir un tel tas de bouffe se perdre.

La nuit va bientôt tomber, je peux le faire dans le noir, pas de problème. Bon, plus aussi vite que dans le temps, parce que c'est putain de dur de décoller une hanche de cheval, je manipule pas des dizaines de kilos de viande comme ça. Puis je pourrais tout emporter. J'pense que ça titille l'esprit de Machin, parce qu'il propose de me soigner. J'vais dire oui. J'peux y sacrifier de la viande que j'emporterais pas de toute façon. Je suis pas complètement con non plus. Les crèmes antiseptiques, les antibio tout ça, c'est putain de dur à trouver, mine de rien.

- Ah ouais, j'veux bien. J'ai pas du tout de matos pour nettoyer ça.

Dans l'urgence du truc c'est assez facile de mettre la douleur de coté, mais maintenant qu'on en parle ça pique bien fort en fait. Je manipule du bout des griffes les morceaux de fringue qui se sont collées à la peau brûlée, pour les enlever de là. Heureusement que j'avais le bras levé à ce moment là, sinon j'aurais dû apprendre à vivre manchot – ou à vivre mort, d'ailleurs. C'est assez moche comme plaie mais pas très grave.
L'homme ne sort rien de ses poches, il s'approche. Je le laisse faire. A choisir, j'aurais préféré être tripoté par une fille, mais j'vais tâcher de tolérer ça. Je m'inquiète soudain qu'il me fasse un rite shamanique qui sert à rien, parce que j'vois pas de trucs qui ressemblent à des produits chimiques dans ses mains. Et il fait... quelque chose. Ça chatouille fort, mais ça finit avant que j'ai eu le temps de me débattre, c'est tout, et j'ai plus mal. Maintenant y a de la peau neuve. C'est toujours dur de voir ce qu'on croit être la réalité tomber en rideau sous son nez. Je panique un peu.

- Oh putain oh putain ! Y a le sang de connard qui m'a tourné la gueule tout à l'heure, mais j'pensais pas à ce point là. C'est quoi ça ?!

Oui, j'ai déjà entendu parler des sorciers, je suis pas si con. Seulement, j'ai entendu qu'ils faisaient trois tonnes et mangeaient les gens, à moins qu'ils vivent dans des grottes et te kidnappent pour te voler des organes, qu'ils invoquent des démons – quoique j'ai pas bien compris ce que c'était ces bêtes là, un truc pas bien en tous cas – ou te volent ton âme pour l'enfermer dans un objet. Du coup je visualise pas trop un ermite inoffensif, qui parle pas avec beaucoup d'aisance et absolument pas agressif, dans le rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Jeu 26 Fév - 21:24

Refermer une blessure, soigner une brûlure c'est pas mal. Mais ça n'est pas assez. Pour l'instant Alistair se contient sans mal. Les frissons parcourant sa peau lui donnent la chair de poule mais à part cela, le trop-plein d'énergie n'est pas encore un problème. Au pire, il ne dormirait pas cette nuit.

Un coup d’œil au cheval suffit pour se rendre compte que la bête n'ira nulle part.

- C'est le mieux. Moi aussi, je préfère faire des réserves.

Pas uniquement de sang ou de viande humaine. Ça, c'est uniquement pour la magie. Et même les sorciers mangent de la nourriture "ordinaire". Des plantes, des animaux, des conserves (qui ne sont probablement ni l'un ni l'autre).

Alistair serre le poing et la brûlure se referme. Elle n'était ni grave, ni profonde. Aucun geste complexe n'est nécessaire, aucune méditation, danse ou autre sortilège favorisant la concentration. Du coup, les gens ne comprennent pas toujours. Pas qu'agiter un grigri aiderait en quoi que ce soit. Mais des fois, il faut en rajouter une couche. Surtout quand le résultat ne se voit pas.

- De la magie... La réponse est presque tournée comme une question. Alistair n'est pas certain de la façon dont l'autre va réagir. Parfois, surtout au sein de plus petites communautés, ça finissait très vite en torches et fourches.

- Ah et sinon, moi, c'est Alistair.

Le modeleur n'était pas certain s'il devait ou non tendre la main à l'autre. Déjà, il ne savait pas s'il ne lui faudrait pas se défendre dans l'immédiat. Il était prêt à cela et, en conséquence, assez crispé. En plus, les griffes de son interlocuteur, bien que fascinantes d'un point de vue de la chair, n'étaient pas particulièrement adaptées pour serrer la main de qui que ce soit.

- J'veux dire... j'ai pas envie d'me battre quoi. On peut faire sans, je crois. Il hésite un moment, avant de poursuivre. On est deux, j'pense qu'on peut faire un feu.

Seul, il n'en aurait pas allumé. La lumière et la chaleur attirent les gens. Et cette idée empêchait généralement Alistair de dormir. Alors qu'habillé de noir, dans le noir, il ne risquait pratiquement rien de la part des humains. Le reste des choses vivantes sur Prayvis était bien plus gérable et, surtout moins terrifiant.

- Et genre demain chacun va de son côté.

Ca, c'est la règle d'or. Jamais trop longtemps avec la même personne et, avant tout, pas d'invités dans la grotte. Ou alors des invités à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Jeu 23 Avr - 20:13

Je suis resté immobile, sous le choc, pendant quelques secondes. Fallait le temps que je digère l'information. De la magie ! C'est affreux. Mais entre ce que j'imagine et la réalité que j'ai sous le nez, y a un décalage. « Alistair » a pas l'air plus agressif qu'avant. Pourtant j'suis dans la grosse panique, j'ai l'impression de frôler la mort et d'être incapable de la voir venir. Y a vraiment des histoires horribles qui circulent sur les sorciers. Ils sont complètement fous et ils peuvent t'arracher tous les os du corps. Leur regard fait exploser le cerveau par les oreilles. Je t'ai déjà expliqué. Sur le coup de l'adrénaline, tous mes poils se hérissent et ça se met à sentir très très fort. La décomposition et la merde. Ou le souffre. Le lait tourné. J'en fait pas exprès. C'est euh... mon coté moufette, sans rentrer dans les détails, les mutations provoquent pas que des choses utiles. Je peux foutre mon slip au feu maintenant. 'fin j'pourrais si je meurs pas avant.

Mais, clairement, l'ermite a l'air aussi emmerdé que moi d'avoir à faire cet aveux. Il a l'air de vouloir aussi désespérément que moi s'en sortir sans violence. Alors je caresse du plat de la main mon pelage pour l'aplatir. C'est peut être pas le jour où il a envie de massacrer cruellement un vieux miteux. Puis, dans le fond, niveau cruauté, j'ai déjà vu des trucs horribles et absolument non magiques. Des fois c'était même ma faute. Mais j'me sens mal à l'aise, quand même.

Ouais, j'ai pas envie non plus. On va passer la nuit au calme avec une bonne flambée et du steack de cheval. J'vais chercher de quoi faire tout ça, d'ailleurs. J'me sens obligé de rajouter, avant de partir : j'imaginais pas un horrible sorcier sadique avec cette gueule là, quand même.

Je me dirige vers le cheval. Il agonise à lents râles. J'me dis que chercher du bois avant, c'est plus malin, au lieu de risque de perdre la bouffe avant d'avoir eu le temps de la sécher. Mais où trouver du combustible dans le désert ? Les plantes encore vivantes près de l'eau, ça serait débile. Mais je vois un bout de tronc de cactus mort, coupé à la hache y a un moment. J'vais déterrer tout ce qu'il y a en dessous. J'ai genre tout ce qu'il faut au bout des bras pour creuser efficacement. Du sable se met à voler dans tous les sens, jusqu'à de grosses racines sèches.
Je passe ensuite très longtemps à dépecer une partie du cheval. De la vieille carne toute sèche, ça. Mais ça fait cinquante ans que j'épluche des animaux, compte sur moi pour passer la griffe pile où il faut afin de démonter les articulations, décoller la peau, trancher les tendons. J'suis tellement enthousiaste que je découpe plus de viande que Alistair et moi ne pouvons probablement en conserver. Et il reste plein de cheval en rab' !

Je rapporte tous mes trésors et mes sacs un peu loin de l'étendue d'eau, entre des collines abruptes pleine de rocher. Je suis le sorcier, qui a l'air prudent. De là, on peut voir les gens arriver à l'oasis avant qu'ils nous voient. Il y a d'ailleurs de vieilles traces de campements, l'endroit s'impose de lui même pour bivouaquer. Pas trop de cailloux pour s'allonger, pas trop de sable non plus histoire de pas être recouvert pendant la nuit. Je sors un boîte de mon sac, une très vieille boîte en carton. On distingue encore dessus la photo d'une famille joyeuse posant devant une cheminée. C'est écrit « allume-feu ». Ça devait être une sacrée bande de pyromanes pour sourire avec ces têtes de dément devant des flammes. Dans la boîte je prends un petit bout d'une brique blanche pour la poser dans le foyer. J'fais ça juste pour frimer. C'est... social. J'suis tellement un caïd sur Prayvis que j'ai des trucs pour le feu et une grille pour faire sécher la viande au dessus. Tu vois le genre.
Je m'adresse à Alistair comme si de rien n'était, alors que j'évite son regard depuis une heure. Mais j'suis trop curieux et bavard pour rester parano.

- C'est du combustible miniature. C'est écrit « allume-feu » sur la boîte. Je lui montre de la griffe les lettres. Comme je l'ai déjà dit, j'vois pas l'intérêt de savoir lire la langue commune si j'peux pas frimer. Après je range ma chouette boîte en carton et organise mon petit bordel pour manger et faire fumer la viande, tranquille – dans le temps je pouvais tout manger cru, mais maintenant j'ai plus assez de dents pour ça. J'ai pas oublié cette histoire de magie, quand même. Alors euh... pourquoi tu fais pas trois cents kilos et tu détruis pas des villages entier en démembrant tous les habitants, là ?


Parce que, honnêtement, j'ai beau regarder en coin le jeune homme, il a vraiment l'air d'un ermite calme dans sa tête. Mais j'ai vraiment entendu beaucoup d'histoires aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Ven 22 Mai - 17:06

L'autre prend les choses en main. C'est comme ça qu'Alistair aime la vie. S'il ne peut faire cavalier seul, il préfère que quelqu'un prenne des décisions logistiques pour lui. Livré à lui-même, il aurait sans doute nidifié dans un coin protégé du vent, sans feu. Là, avec un mec armé, il se sent plus en sécurité. Le gars a l'air d'un mercenaire ou autre voyageur expérimenté qui sait comment faire pour rester en vie. S'il faut dormir à côté de quelqu'un, c'est d'un mec comme lui.

- Sadique ? Il a déjà entendu le mot. Mais il n'aurait jamais cru qu'on pouvait l'appliquer à lui. Genre... Qui aime faire du mal ? J'suis pas comme ça. J'aime boire le sang. C't'une habitude.

Alistair savait que suffisamment de violence et de sang pouvait lui donner la trique. Mais il tuait pas ou ne déformait pas les gens à la chaîne. Juste ce qu'il lui fallait. Personne n'avait jamais entendu parler de l'endroit où il vivait aussi parce qu'il ne massacrait pas des caravanes entières mais juste un voyageur de temps à autre.

C'était le campement de Fairy qu'il fallait éviter. Lui, il tuait clairement par plaisir. Et parce qu'il était vraiment cinglé.

Ah voilà. Qu'est-ce qu'on vient de dire ? Le mec est malin comme tout. Il sait lire. Avec lui, la nuit serait tranquille. Bien sûr, Alistair ne comptait pas se lancer à l'aventure avec lui. Mais s'il devait y aller avec quelqu'un, ça serait lui.

- Ben... La question avait certainement une réponse logique mais Alistair avait besoin d'un moment pour la générer. C'est dur à faire. Et il faut toujours manger plus alors.

Il regarde Bavaria préparer le bois et allumer le feu. La viande qui grille perd les restes de son attrait magique. Mais l'estomac, quoi qu'il arrive humain, du sorcier lui souffle que c'est la meilleure chose à faire. Bientôt, il commence à avoir faim.

- Et y aura toujours des gens pour tenter de me buter. Alors j'fais ça discret.

Au bout d'un moment, il rajoute, en repensant à son enfance.

- J'ai toujours fait comme ça. Alistair désigne les mains de Bavaria du menton. Il n'avait pas vu des tas de mutants dans sa vie non plus. Et toi, ça va avec les gens ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Lun 25 Mai - 10:37

J'aime pas quand mes certitudes sur le monde s'écroulent comme ça. Les sorciers maléfiques devraient pas se révéler être des ermites tout mous. Quand j'étais jeune, j'aurais pas laissé passer ça, mais j'étais beaucoup trop excité pour mon propre bien. Mais là... un spectacle plus désarmant, tu meurs, puis j'ai posé mon cul et je compte pas le bouger avant demain matin. Nan, définitivement, j'vais écouter ce qu'il a à dire sur son alimentation. Il a l'air d'être désolé que des gens veuillent le tuer pour ça. Je resterai pas aux alentours quand il a faim, quand même. Néanmoins.... il peut soigner les gens. Instantanément. Ça, je le réalise le cerveau au calme. Si j'avais su... j'aurais couru après un mec comme ça. Il vivrait à Koniesg, il manquerait jamais d'occupation – et on lui trouverait bien des humains à manger.

- Merde, ça fait cinquante ans que j'ai peur des sorciers, je me sens un peu con.

Après j'essaye de comprendre ce qu'il veut dire par « les gens ». Pourquoi ça irait pas avec les gens ? Je parle tout le temps ! Et je sais lire ! … ah oui, « les gens » c'est « les humains ». Bon, je relève pas, c'est de bonne guerre. Je regarde pensivement mes griffes. Et donne une réponse spontanée issue de décennies de frustration :

- Ben, j'aimerais bien pouvoir peloter quelqu'un. Ça doit être sympa.

Ou me peloter tout seul. J'ai jamais réussi à le faire d'une façon satisfaisante. J'en ai marre de niquer les mains dans le dos pour blesser personne. J'en ai marre de lécher. Et les putes humaines ont tendance à nous fuir en hurlant, sauf les vraiment désespérées. Pour être vraiment honnête, je l'avouerais jamais devant quelqu'un, mais il y a peu de mutantes qui donnent des montées de sève. Je sais pas pourquoi mais ça me déprime, qu'on puisse pas autogérer notre libido. Comme si on était défectueux. Ça et pas pouvoir tripoter des seins.

- Mais sinon j'vis à Koenigsbier, y a que des gens comme moi là bas. On reste entre nous c'est moins fatigant. Y a vingt ans j'étais qu'avec des humains, ça allait, mais c'est parce que les griffes c'est pratique et ça impose le respect. Sinon je connais des gens qui en ont chié, genre une meuf qui a besoin d'être dans l'eau régulièrement pour vivre. On lui a construit une petite mare à la cave, mais c'est la merde pour que ça reste plein, et elle s'ennuie là dedans... on cherche un moyen pour la trimbaler jusqu'à la mer. Enfin bref. Pour répondre, les humains sont souvent chiant, oui, surtout avec ceux qui ont pas trop les moyens de se défendre.

Ouais, dans certains cas, il faudrait un genre de médecine pour enlever les mutations les plus handicapantes. Mais ça existe pas. Je retourne la viande. J'ai la dalle mais elle est pas assez cuite pour que j'espère la mâcher. Et c'est de la vieille carne bien sèche, pas très grasse. Un mec délicat rajouterait aux moins quelques herbes, mais j'ai aucune exigence en matière de goût alors j'y pense pas. Je trimbale déjà une grille et des allume-feu, je vais pas penser aux herbes de Provence non plus.

- Ca te dirait pas de passer à Koenigs, des fois ? Pour soigner des gens, contre des trucs.

Rajoutais-je sur une impulsion subite. Le gars, il a arrangé une brûlure par imposition des mains, j'peux pas passer à coté de ça par superstition !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Mar 26 Mai - 11:28

- Ben t'as pas tort. Pas entièrement.

Alistair regarde le feu prendre de l'ampleur. Sa chaleur est agréable même si elle n'est pas sa préférée. Naturellement, il aurait apprécié que la flamme dégage quelque chose de plus sanglant, de plus vivant. Mais quand même. La nuit ne sera pas trop froide et ça, c'est un plus.

- Y a des gens dangereux. Genre mon maître, il était bien. Il m'a tout appris, aussi à me faire petit et à fermer ma gueule. Il a vécu vieux.

Il fronça les sourcils, sentant qu'il s'éloignait de son postulat de départ. Un frisson glissa dans son dos alors qu'il se souvenait du meilleur exemple qu'on pouvait trouver.

- T'as entendu parler de Fairy ? Fuck Fairy ? La question est rhétorique. Même les enfants des villages les plus éloignés de LAGO city ont entendu parler d'un des rares sorciers à afficher ses pouvoirs au grand jour et par la même occasion chef d'un des plus grands gangs de la planète. Ben lui, t'as pas envie de le croiser. Il fait les choses que t'as dit.

Détruire des villages et manger plusieurs personnes par jour. Tuer pour un caprice, une lueur de folie dans les yeux. Alistair ne pouvait s'empêcher de l'admirer pour son assurance naturelle et son talent développé sans aucune barrière morale ou logistique. Quand Fairy avait besoin de sang, il le prenait tout simplement. Et pas dans un frigo mais immédiatement dans les veines du malheureux qu'il avait sous la main.

Le sorcier soupira d'un air rêveur.

- Il est bon à ça.

Puis l'autre a commencé à rêvasser à son tour, alors Alistair écouta. Le verbe peloter lui sembla étrange mais il en saisit le sens. Il regarda ses griffes avec plus d'insistance. Elles étaient organiques et faisaient naturellement partie de lui. Le pouvoir du trop plein de sang picota à nouveau les sens de l’ermite. On lui offrait du travail. Encore. En général, les gens qui ne tentaient pas de le tuer voulaient le mettre au travail. C'était toujours mieux.

- Euh... Je peux passer. Faudra me dire où c'est, je connais pas.

Il se tut, pensant aux griffes de Bavaria. Quelques instants d'intense réflexion plus tard, il ajouta.

- J'peux te les réduire. Ou te les enlever. J'crois que si j'ai beaucoup de sang ou de larmes, j'peux te les faire... euh... C'est quoi le mot déjà ? ... comme chez les gros chats du désert. Qui se cachent quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 09/02/2015
Lieu de vie : Koenigsbier, le joyau de Prayvis.

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Sam 6 Juin - 15:48

Fuck Fairy ? Ouais, ça me dit quelque chose, mais pour le coup je croyais que lui n'existait pas. Il doit pas se faire une spécialité d'emmerder les mutants. Peut être qu'on est pas très digeste. Puis je suis pas spécifiquement de ce coin du désert, j'y suis venu après avoir détruit, brûlé, emmerdé tout ce qu'il y avait à détruire, brûler et emmerder dans ma terre natale. Faut pas s'enliser dans la routine. Après avoir détruit une ville entière, j'pense avoir fait le tour de la question : on obtient un tas de gravats, et après ?
Je me tortille pour m'installer plus confortablement, la tête et le dos appuyés contre un rocher. La chaleur et la fatigue font leur effet. C'est pas qu'en vieillissant je fais moins de trucs, mais une fois que je suis calé j'ai du mal à me relancer. Le matin est particulièrement pénible. Puis j'ai mal à mes ischions vénérables à cause de connard de cheval squelettique. Faudrait vraiment que je bricole un véhicule qui puisse aller dans le sable. Ça doit bien exister quelque part dans l'univers, donc doit y avoir des pièces qui traînent quelque part sur cette planète. On trouve de tout dans une poubelle.
Je chope du bout des griffes un peu de canasson, et j'essaye de le tailler en petits morceaux. Y a du jus qui me coule dans les manches. J'ai la flemme de manger d'avance. Ça va être tout dur de la vieille carne comme ça, j'ai plus vite fait de d'attendre que ça moisisse dans ma bouche et que ça se mette à couler que de le mâcher avec les trois chicots et demi qu'il me reste.

Le sorcier me propose de me transformer magiquement les mains. Je mets quelques secondes à réaliser l'énormité du truc – surtout parce que je suis concentré à tailler en pièce de la viande toute sèche. Est ce que je laisserais un quasi inconnu modifier ma capacité à la préhension ? … j'crois pas non. J'vais en chier des cactus pour me dépatouiller avec des griffes rétractiles. Puis ça serait plus fragile que ce que j'ai déjà. Et qu'est ce que je ferais avec des gros doigts tout mou ? Mis à part me branler à en juter du sang, évidemment. Mais c'est pas pour ça qu'il faut que l'idée se perde.

- Naaaan j'ai trop l'habitude comme ça... mais tu ferais quelque chose pour les dents ? Je souris, parce que j'suis content de mon idée et pour montrer l'étendue des dégâts. Ça me fait vraiment suer de plus en avoir deux qui se tiennent. Mais pas des dents de bouffeur de légume hein ! J'veux des crocs de roi de la savane moi. J'peux te filer de la pâte d'opium pour ça. Si c'est ton truc.

J'imagine déjà égorger quelqu'un avec des grosses canines blanches, ça péterait tellement la classe. C'est pas parce qu'on a pas la civilisation qu'on peut pas être un petit peu machiste. J'suis gaulé comme un coton tige et j'ai jamais peloté de seins, faut bien que je me rattrape sur les grosses voitures et l'agressivité affichée. Mais y a un truc qui me fait tiquer.

- Mais euh... pourquoi des larmes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/01/2015
Lieu de vie : Une grotte quelque part
Survie : Manger des gens

MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    Dim 7 Juin - 13:19

- Ha.

Alistair se pencha pour regarder dans la bouche de son interlocuteur. Lui-même avait fait le choix de préserver ses dents humaines. Bien sûr, au besoin, il pouvait les réparer et sa magie les empêchait de pourrir. Mais tout le monde n'avait pas cette chance et il comprenait parfaitement le besoin d'en avoir des plus tranchantes.

- Ouais. Je peux. Faudra du sang frais. Et peut-être une image. Ou une tête d'animal. Que je vois comment faire... Le sorcier ce gratta la tête à travers le tissu de sa capuche. Et ça va te faire mal.

Ça, ça n'avait rien de banal. De nouvelles dents qui poussent, toutes en même temps, c'est pas rien. Alistair avait toujours fait le choix de ne pas trop toucher à sa propre anatomie. Mais il avait vu d'autres modeleurs de chair le faire. Encore une fois, Fairy était un champion. Sauf que lui, il aimait ça. Probablement, il ne sentait même pas la douleur. Ou il se jouissait dessus en la ressentant. Apparemment, il y avait moyen de connecter la douleur au plaisir, quelque part dans le cerveau. Ce genre d'opérations, c'était bon pour des sorciers plus puissants et pour des chirurgiens fous. Mais des dents, c'était jouable.

- Euh... Les larmes c'est mieux que le sang. Plein d'énergie.

Alistair tendit les mains vers le feu et les frotta l'une contre l'autre. La chaleur était agréable. En général, il ne faisait pas de feu s'il était seul dans le désert.

- Et ça se conserve mieux. Mais c'est pas facile à collecter. Mais si jamais t'en as, je prends toujours... Genre contre des services.

Limité par endroits, le sorcier était loin d'être con. Les biens et les services, ça se paye. Personne ne fait rien gratuitement. Mais tant qu'à faire, il pouvait demander l'un des trucs les plus difficiles à obtenir. S'il avait des amis qui avaient souvent mal, Bavaria pouvait peut-être en ramasser plus qu'un autre.

- Sinon ben... Merci pour le feu, hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [PV] Onomatopée.    

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] Onomatopée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enigme Indygo/daktari !
» [MCD] PANIC!
» Baam ; l'onomatopée.
» Réactions quant au topic d'Halloween 2013... et 2015 ?
» *onomatopé du toussotement* [Acceptée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prayvis :: Prayvis [RP] :: Déserts :: Oasis-